L’interdiction du plastique à usage unique: L’UE prend les devants !

Le Parlement européen a voté l’interdiction des couverts en plastique à usage unique, des cotons-tiges, des pailles et des agitateurs dans le cadre d’une loi de grande envergure contre les déchets plastiques qui détruisent les plages et polluent les océans.

Les directives visent les déchets de plage “courant” mais pas que..

Le vote des députés européens ouvre la voie à une interdiction des plastiques à usage unique qui entrera en vigueur d’ici 2021 dans tous les États membres de l’UE. Le Royaume-Uni devra respecter les règles s’il participe à la période de transition de Brexit et la prolonge en raison de retards dans la conclusion d’un nouvel accord avec l’UE.

Le ministre britannique de l’environnement, Michael Gove, qui s’est déjà battu avec la Commission européenne pour savoir qui fait le plus pour réduire la pollution des plastiques, souhaite également réduire les plastiques à usage unique.

En plus de cibler les déchets de plage en plastique les plus courants, la directive interdira les gobelets en polystyrène à usage unique et ceux fabriqués à partir de plastiques oxo-dégradables qui se désintègrent en petits fragments.

Les États membres de l’UE devront introduire des mesures visant à réduire l’utilisation de récipients alimentaires en plastique et de couvercles en plastique pour les boissons chaudes. D’ici 2025, les bouteilles en plastique devraient être fabriquées à partir de 25 % de matières recyclées, et d’ici 2029, 90 % d’entre elles devraient être recyclées.

Vers la fin du plastique à usage unique en Europe ?

L’UE s’attaque également au fléau des lingettes humides qui contribuent à boucher les égouts sous forme de “fatbergs”. Les lingettes humides, les serviettes hygiéniques, les filtres à tabac et les gobelets seront étiquetés s’ils sont en plastique. Les emballages avertiront les consommateurs des dommages environnementaux qu’ils causent en éliminant ces articles de manière incorrecte.

Le principe du “pollueur-payeur” sera étendu aux fabricants de filets de pêche afin que les entreprises – mais pas les équipages de pêche – paient le coût des filets perdus en mer.

Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne, qui a été le fer de lance de ce plan, a déclaré : “Aujourd’hui, nous avons pris une mesure importante pour réduire les déchets et la pollution plastique dans nos océans et nos mers. Nous l’avons fait, nous pouvons le faire. L’Europe établit de nouvelles normes ambitieuses, ouvrant la voie au reste du monde”.

Lors de la séance à Strasbourg, 560 députés européens ont voté en faveur du récent accord conclu avec les ministres de l’UE, 35 contre, avec 28 abstentions. La directive doit seulement passer par des formalités avant d’être publiée dans le règlement de l’UE. Les États membres disposeront alors de deux ans pour la mettre en œuvre.

Chaque année, les Européens produisent 25 millions de tonnes de déchets plastiques, mais moins de 30 % sont collectés pour être recyclés. Plus de 80 % des déchets marins sont en plastique.